LE COMITE DES FAMILLES DES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, CFPP-RDC, ECRIT A Mme NIKKI HALEY, AMBASSADEUR DES USA A L’ONU

cropped-logo-prisonniers-politiques-rdc1.png

COMITE DES FAMILLES DES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, CFPP-RDC

Av. des Palmiers, 3873, Kinshasa, RDC – Email: luila001@yahoo.fr – Tél.: 00243812163612

Kinshasa, 6 octobre 2017

N. Réf.: 02/cfpprdc/17

A S.E.Mme Nikki Haley,

Ambassadeur des Etats-Unis à l’ONU,
à New York, USA

***********************************
C.I à S.E.M le Chargé d’Affaires

de l’Ambassade des Etats-Unis
à Kinshasa, RDC

Concerne: Message des familles des prisonniers politiques de la RDC en vue de leur libération et demande d’audience à l’occasion de votre venue en RDC

S.E. Mme l’Ambassadeur,

Nous avons l’honneur de venir auprès de votre haute personnalité afin de vous faire part de la situation injuste et douloureuse qui traversent les nombreux prisonniers politiques de la République Démocratique du Congo et leurs familles, depuis des années.

En effet, malgré les appels de la communauté internationale pour l’application des mesures de décrispation politiques et d’autres mesures d’amnistie déjà approuvées depuis 2013, rien n’est fait pour leur rendre la liberté.

En ce qui concerne les leaders politiques de l’opposition, le cas le plus grave est celui du prisonnier politique Eugène Diomi Ndongala, qui a porté plainte contre la RDC en 2014 auprès du Comité des Droits de l’Homme des Nations Unies lequel a condamnée la RDC sur son cas, par le décision N°2465/2014, à le libérer, annuler sa condamnation irrégulière et à l’indemniser. Malgré la RDC ait été notifiée de cette décision en novembre 2016, presque une année après l’opposant Eugène Diomi Ndongala est toujours otage du régime Kabila.

D’autres cas emblématiques sont ceux de M. Muyambo et M. Mulongo, faisant l’objet de poursuites sur la base de montages politico-judiciaires qui cachent mal des poursuites
politiques ayant souvent trait à l’exercice de la libre expression politique consacrée par la Constitution de la RDC.

Nous tenons aussi à évoquer les cas de M. Firmin Yangambi et Eric Kikunda, amnistiés depuis 2013 mais qui continuent à purger des très longues peines pour des raisons politiques.

Il sied de souligner que tous les cas les plus graves de détentions politiques sont restés irrésolus malgré l’Accord Politique de la Saint Sylvestre, signé sous la facilitation des Évêque catholiques de la RDC, ait prévu des mesures de décrispation politique à l‘issu de sa signature. En effet, le Chapitre 5 de cet Accord prévoit la libération immédiate des prisonniers politiques emblématiques ( les cas de M. Eugène Diomi Ndongala et M. Muyambo) ainsi que la mise en place d’une commission ad hoc au sein du Ministère de la Justice pour tous les autres cas, commission qui n’a jamais travaillé dans l’optique d’accomplir cette tâche.

Voilà pourquoi, en dernier recours, nous sollicitons au nom des prisonniers politiques de la RDC, votre intervention pour que soit mis un terme aux souffrances de ces hommes et femmes souvent malades, après des années de tortures physiques et morales, dont la vie est menacée.

A titre de rappel, nous vous transmettons la liste de nos membres de famille qui vivent cette situation d’injustice et négation des droits de l’homme depuis des années pour que vous, Mme l’Ambassadeur, soyez notre avocate auprès des autorités de la RDC qui restent sourdes aux appels des familles, de la société civiles ainsi que de la communauté internationale, alors que la détention de leaders politiques de l’opposition ou des activistes de l’opposition, à cause de leurs opinions politiques, constitue la preuve la plus marquante du caractère anti-démocratique du régime politique actuellement au pouvoir, sans mandat électif, en RDC.

Cette situation est d’autant plus grave car la détention injuste des prisonniers politiques de la RDC se poursuit en plein lancement du processus électoral, alors que les mesures de décrispation politique constituent, pour l’opposition politique et la société civile de la RDC, un préalable incontournable pour le démarrage d’un processus électoral libre, crédible et démocratique.

Voici la liste de nos membres de famille qui sont des prisonniers politiques du régime Kabila:

  • M. Eugène Diomi Ndongala, Président du parti politique d’opposition Démocratie Chrétienne et fondateur la plateforme Majorité Présidentielle Populaire, MPP, le principale leader ayant lutté pour la vérité des urnes après le hold up électoral de 2011;
  • Jean Claude Muyambo, Président du parti politique d’opposition Scode,
  • M. Huit Mulongo,
  • M. Eric Kikunda,
  • Firmin Yangambi

et beaucoup d’autres….

Il serait très important pour les familles des prisonniers politiques de la RDC que votre haute personnalité puisse recevoir une petite délégation de notre comité, afin de marquer, par ce geste, la volonté des Etats-Unis d’œuvrer en faveur de la liberté et de la Justice, comme l’a si bien affirmé le Président Donald Trump, en décidant de vous envoyer en mission en RDC, au nom de l’exécutif des Etats-Unis.

Tout en restant à votre disposition pour une éventuelle audience à l’occasion de votre venue en République Démocratique du Congo, veuillez agréer, Mme l’Ambassadeur, l’assurance de notre haute considération distinguée,

Pour le Comité des familles des prisonniers politiques de la RDC,

La Coordination,

SIGNATURE LETTRE NIKKI


 

 

cropped-logo-prisonniers-politiques-rdc1.png
COMITE DES FAMILLES DES PRISONNIERS POLITIQUES DE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO, CFPP-RDC / COMMITTEE OF THE FAMILIES OF POLITICAL PRISONERS IN THE DEMOCRATIC REPUBLIC OF CONGO-DRC CFPP

Avenue des Palmiers, 3873, Kinshasa, DRC – Email: luila001@yahoo.fr – Tél.: 00243812163612

 

Kinshasa, 6 octobre 2017

N. Réf.: 02/cfpprdc/17

To Madam Nikki Haley,
Ambassador of the United States to the United Nations,
New York – USA

**********************************************
C.I. To Mr Rex Tillerson,
Secretary of State,
Washington, DC
USA

Subject: Message from the families of the DRC political prisoners in view of their release and request for a meeting with you during your visit in DRC

 

Dear Madam Ambassador,

We have the honor to come to your highest authority to inform you of the plight, unjust and painful situation that many political prisoners of the Democratic Republic of the Congo and their families have been going through for many years under the President Kabila regime and to request your support as you prepare to meet with the Congolese authorities, in particular President Kabila, during your visit to Kinshasa.

Indeed, despite numerous calls from the international community for easing
political tensions and implementating amnesty measures approved since 2013 on behalf of political prisoners, nothing is being done at this point in time to restore their freedom.

As for the political leaders of the opposition, the most serious case is that of the political prisoner Eugene Diomi Ndongala, who filed the complaint against the DRC government in 2013 with the UN Human Rights Committee which condemned and instructed the DRC, by décision/ Statement No. 2465/2014, to release him, to rescind his irregular conviction and to compensate him. Despite the fact that the government of DRC was notified of this decision in November 2016, almost a year after, Mr Eugene Diomi Ndongala is still hostage to the Kabila regime.

Other symbolic figures include Mr Muyambo and Mr Mulongo, who are being prosecuted on the basis of legal fantasies which cannot conceal political prosecutions often related to the exercise of free political expression enshrined in the Constitution of the DRC. We would like also to beg your attention for the case of Mr Firmin Yangambi and Mr Eric Kikunda, who benefited from amnesties since 2013 but who, for political reasons, continue to serve very long sentences.

It should be emphasized that all the most serious cases of political detention remained unresolved despite the New Year’s Eve Political Agreement, signed under the auspices of the Catholic Bishops of the DRC, and which provided for easing political tensions upon its signature. Indeed, Chapter 5 of this Agreement provides for the immediate release of the emblematic political prisoners (mainly Mr Eugene Diomi Ndongala and Mr Muyambo) and the establishment of an ad hoc committee within the Ministry of Justice for all other cases, a committee that has never worked to accomplish this task.
That is why, as a last resort, and on behalf of the political prisoners of the DRC, we request your intervention to use your influence to bring an end to the sufferings of these men and women who are often sick after years of physical and moral torture, and whose lives are threatened.

As a reminder, we are pleased to provide you a list of our family members who have experienced this situation of injustice and denial of human rights for years so that, Madam Ambassador, you can be our lawyer when meeting with these authorities who have largely remained deaf to calls from families, civil society and the international community. The detention of political leaders and that of opposition activists, because of their political opinions, constitute the most notable proof of the anti-democratic nature of the political system currently in power, without any electoral mandate, in the DRC.

This situation is further compounded by the fact that the unjust detention of political prisoners in the DRC continues during the implementation of the electoral process, although easing political tensions is a prerequisite, for both the political opponents and the civil society, for a free and transparent
3
electoral process in DRC.

Here is the list of our family members who are detained by the Kabila’s
regime:

Mr Eugene Diomi Ndongala, President of the political party « Christian Democracy, D.C. » and founder of the recognized “Popular Majority Platform” (MPP), and who fought for the truth of the polls after the 2011 electoral hold up;
Mr. Jean Claude Muyambo, Président of the Political party the SCODE,
Mr. Huit Mulongo,
Mr. Eric Kikunda,
Mr Firmin Yangambi

and many others…
And last, but not least, it would be very significant for the families of the above named political prisoners that Madam Ambassador meet with a small delegation of them. This meeting will speak volume that the United States of America will stand with the people of DRC for freedom and Justice, as President Donald Trump has avowed, by sending you, on behalf of the USA, on this important visit to the DRC.

While we would be pleased to provide you with further information you may require and hoping to meet with you during your visit to the Democratic Republic of Congo, please accept, Madam Ambassador, the assurance of our highest consideration.

For the Families of Political Prisoners of the DRC,

The Commitee Coordination,

signature-lettre-nikki.png

ACCUSEES DE RECEPTION:

accusee de reception amb usa 1010170001accusee de reception amb usa 1010170002

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s