CONSEIL DE SECURITE DE L’ONU, SEANCE SUR LA RDC DU 26/07/2018: TOUTES LES DELEGATIONS RECLAMENT DES MESURES DE DECRISPATION POLITIQUE, CONFORMEMENT A L’ACCORD DE LA SAINT SYLVESTRE

CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU, SEANCE SUR LA RDC DU 26%2F07%2F2018_ TOUTES LES DELEGATIONS RECLAMENT DES MESURES DE DECRISPATION POLITIQUE, LA LIBERATION DES PRISONNIERS POLITIQUES EMBLEMATIQUES ET LE RETOUR DES .jpg

cs onu 260718

Conseil de sécurité: les délégations saluent les progrès du processus électoral en RDC et réclament des mesures de décrispation politique

La République démocratique du Congo (RDC) est à la croisée des chemins, selon la Représentante spéciale du Secrétaire général pour ce pays, qui a lancé, ce matin, au Conseil de sécurité, un appel à toutes les parties prenantes pour qu’elles saisissent l’occasion « historique » de permettre la tenue, le 23 décembre prochain, d’élections « inclusives, transparentes et crédibles ».  La stabilité de la RDC en dépend, a souligné Mme Leïla Zerrougui.

Si des progrès « significatifs » ont été enregistrés pour respecter les étapes cruciales du calendrier électoral –« non sans difficultés », note le rapport du Secrétaire général– le processus électoral continue d’être entaché de « suspicion et de méfiance » entre la majorité et l’opposition, et entre l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a observé Mme Zerrougui, qui est aussi Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO).

Les griefs de l’opposition portent, entre autres, sur la machine à voter et le fichier électoral.  Dans une déclaration, un groupe de cinq partis politiques, parle aussi du retour des figures emblématiques et de la libération des prisonniers politiques dans le cadre des mesures de décrispation prévues par l’Accord politique du 31 décembre 2016.

La Représentante spéciale a décrit un climat caractérisé par l’annulation de certaines manifestations, l’arrestation arbitraire des acteurs de la société civile et des opposants politiques et les menaces proférées contre des journalistes.  En l’absence de progrès sur ces fronts, a-t-elle prévenu, la crédibilité et le caractère inclusif des élections pourraient être mis en cause.  

La CENI, a commenté la France, doit faire preuve de « transparence » pour que tous les citoyens aient accès aux machines à voter et puissent se familiariser avec.  Déployer, pour la première fois pendant des élections critiques, plus de 100 000 machines électroniques, potentiellement inexploitables, non maîtrisées et non testées posent un risque énorme inutile, ont tranché les États-Unis.  Que comptent faire les autorités congolaises si ces machines tombent en panne le jour des élections et compromettent la crédibilité des résultats?  Y a-t-il un plan de secours et, si oui, quel est-il?  La RDC s’est opposée au terme « machine à voter », affirmant qu’il s’agit tout simplement d’imprimantes de bulletins de vote sur lesquelles la CENI mène une campagne de sensibilisation et d’éducation.  La France a aussi noté que l’audit mené par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a montré que le fichier électoral était « perfectible » et que la CENI s’était engagée à faire les corrections nécessaires.  « C’est une bonne chose et nous attendons que des gestes concrets soient pris rapidement en ce sens », a-t-elle fait savoir.  Le fichier a été nettoyé et compte désormais 40 millions d’électeurs contre plus de 46 millions auparavant, a précisé la RDC.

Mais un an et demi après l’Accord de la Saint-Sylvestre, le Conseil de sécurité et les parties prenantes régionales et internationales demandent toujours la pleine mise en œuvre des mesures de décrispation, dont la libération de 700 prisonniers politiques, ont insisté les Pays-Bas. 

Si le Ministre de la justice a annoncé la remise en liberté de 4 109 prisonniers, aucune figure emblématique ne se trouvait parmi eux, a noté la Chef de la MONUSCO.

À ce jour, tous les partis politiques ont enregistré avec succès leurs candidats aux élections provinciales, soit 18 000 au total, dont 12% de femmes, pour 715 sièges à pourvoir, a indiqué la Représentante spéciale.   Le dépôt des candidatures aux élections présidentielle et législatives ayant été lancé le 25 juillet dernier, les États-Unis ont regretté que le Président Joseph Kabila n’ait pas saisi l’occasion de son discours au Parlement, le 19 juillet dernier, pour lever les doutes sur ses intentions.  « Nous sommes à cinq mois des élections, le temps des postures est terminé », se sont-ils impatientés. 

La RDC s’est élevée contre ces partenaires internationaux qui souvent « s’illustrent par des ingérences de tout bord ».  Maintenant que le processus électoral amorce son « dernier virage », a-t-elle dit, la meilleure attitude pour tous les acteurs politiques est de l’accompagner de manière constructive.  Pour ceux de nos partenaires qui aimeraient nous aider, leur accompagnement devra se faire sur le plan logistique en mettant à la disposition de la CENI des avions, des matériels roulants et des facilités opérationnelles, a ajouté la RDC, après que les États-Unis ont avoué: « Nous ne voyons pas comment, la CENI pourrait organiser les élections sans l’aide de la MONUSCO qui ne peut s’offrir le luxe d’attendre le dernier moment pour enclencher son plan ».  Il est indispensable, a ajouté la France, que les autorités compétentes transmettent à la MONUSCO toutes les informations nécessaires pour que la Mission puisse apporter son appui logistique en temps voulu, le cas échéant.

La Représentante spéciale a prévenu que la MONUSCO devra, dans les mois à venir, opérer dans un environnement de plus en plus tendu avec des ressources inférieures de 38,8 millions de dollars à la proposition budgétaire du Secrétaire général.  « Si je le mentionne, ce n’est pas pour plaider pour davantage de ressources –nous connaissons tous la nouvelle réalité financière à laquelle font face les opérations de maintien de la paix–, mais parce qu’il importe de comprendre qu’alors que les ressources diminuent, le mandat de la MONUSCO reste le même et que les attentes continuent de croître », s’est-elle expliquée.  La capacité de réaction des Casques bleus aux risques émergents sera limitée, en particulier dans des zones fortement peuplées ou au contraire isolées, a souligné la Représentante spéciale.

LA SITUATION CONCERNANT LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO S/2018/528,S/2018/531S/2018/655 ET S/2018/727

Déclarations

Mme LEILA ZERROUGUI, Représentante spéciale du Secrétaire général pour la République démocratique du Congo (RDC), a commencé par déclarer qu’à cinq mois des élections, prévues le 23 décembre prochain, les préparatifs ont atteint un tournant important avec l’ouverture, hier, des bureaux de réception des candidatures pour les élections présidentielle et législatives.  Ces scrutins continuent de susciter de grandes attentes tant au sein de la population congolaise qu’au niveau de la communauté internationale, car ils revêtent d’importants enjeux dans la perspective de la consolidation de la stabilité de la RDC et de toute la région, a-t-elle analysé.

Alors que des progrès significatifs ont été enregistrés pour respecter les étapes cruciales du calendrier, a poursuivi le haut fonctionnaire, le processus électoral continue de souffrir de « suspicion et de méfiance » entre la majorité et l’opposition, et entre l’opposition et la Commission électorale nationale indépendante (CENI).  Les griefs de l’opposition portent, entre autres, sur la machine à voter, le fichier électoral et le non-remplacement du délégué de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au sein du bureau de la CENI, a-t-elle précisé.  Ces griefs viennent d’être réitérés, dans une déclaration publiée le 23 juillet à Kinshasa, par un groupe de cinq partis et plateformes politiques de l’opposition comprenant l’UDPS, Ensemble, l’Union pour la nation congolaise (UNC), le Mouvement de libération du Congo (MLC), et la Dynamique de l’opposition.  Cette déclaration exige également le retour des figures emblématiques et la libération des prisonniers politiques dans le cadre de la mise en œuvre des mesures de décrispation prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre.

Par ailleurs, le 24 juillet, M. Jean-Pierre Bemba, Président du MLC et candidat désigné de son parti à la présidentielle, a tenu sa première conférence de presse à Bruxelles pour confirmer son retour à Kinshasa le 1er août, afin de déposer sa candidature.  Le même jour, M. Moïse Katumbi, d’Ensemble, a également annoncé son retour sans toutefois préciser la date.  Mme Zerrougui a ajouté que la nouvelle plateforme politique, le Front commun pour le Congo (FCC), dont l’autorité morale est le Président Kabila, n’a pas encore désigné son candidat à la présidentielle.  La Représentante spéciale s’est dite encouragée par le fait que tous les partis politiques aient enregistré avec succès leurs candidats aux élections provinciales, soit 18 000 au total, dont 12% de femmes, pour 715 sièges à pourvoir.

La Chef de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) s’est cependant dite préoccupée par la faible mise en œuvre des mesures de renforcement de la confiance.  Si le Ministre de la justice a annoncé la remise en liberté de 4 109 prisonniers, aucune figure emblématique ne se trouvait parmi euxEn outre, des manifestations pacifiques ont été annulées, et les acteurs de la société civile et les opposants politiques font l’objet d’arrestations arbitraires et les journalistes subissent des menaces.  En conséquence, les conditions d’une situation équitable ne sont pas encore réunies, et, en l’absence de progrès sur ces fronts, la crédibilité et le caractère inclusif des élections pourraient être mis en cause », a-t-elle prévenu.  Sur le plan logistique, comme le Gouvernement congolais a l’intention de financer les scrutins sans soutien extérieur, la CENI n’a pas contacté la MONUSCO qui est mandatée par le Conseil de sécurité pour apporter son aide.  En revanche, la Représentante spéciale s’est dite heureuse de l’annonce faite par le Ministère de la santé de la fin de l’épidémie d’Ebola.

S’agissant de la sécurité, elle a fait état d’une situation fragile, qui s’est même détériorée dans certaines régions du pays, en particulier les Kasaï, où sévissent toujours des miliciens armés, le Nord-Kivu, où opèrent les Forces démocratiques alliées et aussi les provinces du Sud-Kivu, du Maniema et du Tanganyika.  Mme Zerrougui a toutefois noté que les tensions à Djungu, dans la province de l’Ituri, viennent de s’atténuer, grâce aux efforts de la MONUSCO.  Elle a néanmoins porté à l’attention du Conseil de sécurité le fait que le personnel de la Mission est de plus en plus souvent pris pour cible, comme cela a été le cas à Beni et à Uvira.  Elle a fait état des préoccupations croissantes des employés de l’ONU à propos de leur sécurité, alors que la MONUSCO devra, dans les mois à venir, opérer dans un environnement de plus en plus tendu avec des ressources inférieures de 38,8 millions de dollars à la proposition budgétaire du Secrétaire général.  « Si je le mentionne, ce n’est pas pour plaider pour davantage de ressources –nous connaissons tous la nouvelle réalité financière à laquelle font face les opérations de maintien de la paix–, mais parce qu’il importe de comprendre qu’alors que les ressources diminuent, le mandat de la MONUSCO reste le même et que les attentes continuent de croître », s’est-elle expliquée.  La capacité de réaction des Casques bleus aux risques émergents sera limitée, en particulier dans des zones fortement peuplées ou au contraire isolées, a souligné la Représentante spéciale.

La RDC est à la croisée des chemins, a-t-elle conclu, en lançant un appel à toutes les parties prenantes pour qu’elles saisissent cette occasion historique pour permettre la tenue d’élections crédibles le 23 décembre afin d’offrir un avenir plus stable à la RDC, aux Congolaises et aux Congolais.

M. MANSOUR AYYAD SH. A. ALOTAIBI (Koweït), Président du Comité du Conseil de sécurité créé en vertu de la résolution 1533 (2004), a présenté une vue d’ensemble des travaux de son Comité et des activités qui pourraient être menées à bien en 2018.  Au cours des six premiers mois de l’année, le Comité a convoqué un certain nombre de réunions avec Mme Zerrougui, un représentant du Centre d’analyses de la MONUSCO sur l’embargo sur les armes, un autre de la Mission permanente de la RDC sur la lutte contre les violences sexuelles et le recrutement d’enfants, ainsi que la Représentante spéciale du Secrétaire général sur les violences sexuelles dans les conflits.  Le Comité a également rencontré les membres du Groupe d’experts qui lui ont présenté leurs conclusions et recommandations.  Pendant cette même période, le Comité a approuvé l’inscription sur la liste des sanctions de quatre autres individus qui continuent de saper la paix et la sécurité en RDC.

La Mission permanente du Koweït a également organisé un certain nombre de rencontres officieuses sur des questions relatives au Comité, a précisé M. Mansour, citant la réunion avec M. Robert Petit, un haut fonctionnaire de l’équipe de pays des Nations Unies en RDC et l’équipe d’experts qui assiste le Gouvernement congolais dans les enquêtes sur l’assassinat des deux membres du Groupe d’experts, Zaida Catalan et Michael Sharp.

Les mois prochains seront critiques pour la RDC, a affirmé le Président du Comité, promettant vigilance et efforts pour faire avancer la paix et la stabilité en RDC.  Le Comité et son Groupe d’experts poursuivront leur collaboration avec leurs interlocuteurs en RDC et dans la région des Grands Lacs pour obtenir des informations actualisées.  Demain, le Comité a l’intention de convoquer une réunion avec tous les États Membres sur le deuxième rapport du Groupe d’experts dont la publication.

Le Comité compte aussi organiser une autre série de réunions avec son Groupe d’experts, dont le mandat a été prorogé par la résolution 2424.  Le Groupe pourra présenter son programme de travail sur le respect de l’embargo sur les armes et sur les questions liées à l’exploitation et au trafic illégal de ressources naturelles par des groupes armés.  M. Mansour a également dit envisager des rencontres sur les actions prises par les États Membres pour aider la RDC, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et les pays de la région à garantir un commerce « responsable » des minéraux.

 

M. FRANÇOIS DELATTRE (France) a déclaré que la priorité est d’organiser les élections à la date prévue en décembre 2018 dans de bonnes conditions.  Nous devons, a-t-il dit, continuer à encourager les autorités à prendre toutes les mesures en ce sens, et appeler toutes les parties prenantes à respecter l’esprit de consensus qui a prévalu lors de la signature de l’Accord politique du 31 décembre 2016.  Il a aussi souligné que le maintien de l’unité des partenaires internationaux est crucial pour la réussite du processus, avant d’insister sur l’importance de rétablir la confiance des Congolais dans les préparatifs techniques.

Il a notamment relevé que l’audit du fichier électoral par l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a montré que le fichier était perfectible et que la CENI s’était engagée à faire les corrections nécessaires.  C’est une bonne chose et nous attendons que des gestes concrets soient pris rapidement en ce sens, a-t-il fait savoir.

Le représentant a aussi pris note de la volonté de la RDC de prendre en charge financièrement l’intégralité de l’organisation des élections.  Mais, a-t-il ajouté, il est indispensable que les autorités compétentes transmettent à la MONUSCO toutes les informations nécessaires pour que la Mission soit en mesure d’apporter son appui logistique en temps voulu, le cas échéant.  Une remise en cause du calendrier et du bon déroulement des élections pour des questions logistiques serait très dommageable, a-t-il averti.

Il a aussi appelé la CENI à faire preuve de transparence pour que tous les citoyens aient accès aux machines à voter et puissent se familiariser avec, évoquant dans la foulée la nécessité d’apporter des réponses à « certain nombre » de questions techniques qui se posent.

M. Delattre s’est ensuite félicité de la tenue de rassemblements politiques sans incidents à Kinshasa ces dernières semaines.  Il a appelé à poursuivre dans cette voie et a engagé le Gouvernement congolais à lever l’interdiction générale de manifester et à prendre des mesures tangibles pour la mise en œuvre intégrale de l’Accord du 31 décembre, en particulier des mesures de décrispation.

Le délégué a par ailleurs noté que la situation sécuritaire et humanitaire reste préoccupante, notamment dans les Kasaï où des crimes de guerre et crimes contre l’humanité auraient été commis.  Il a noté que la célérité de la MONUSCO pour répondre à ces tensions montre la pertinence de son nouveau concept d’opération de « protection par projection » et a encouragé la Mission à poursuivre sa transformation pour une efficacité optimale.  Il a aussi encouragé les autorités congolaises à enquêter sans délais sur les exactions rapportées par les enquêteurs du Conseil des droits de l’homme pour que leurs auteurs soient traduits en justice.

M. JONATHAN R. COHEN (États-Unis) a souligné l’importance de la journée d’hier qui a marqué le début de l’enregistrement des candidatures aux élections présidentielle et législatives en RDC.  Nous attendons du Président Kabila, a-t-il souligné, qu’il respecte la Constitution et l’Accord de la Saint-Sylvestre.  En vertu de la loi congolaise, a-t-il insisté, M. Kabila n’est pas éligible à un troisième mandat.  Le représentant a donc regretté que le Président congolais n’ait pas saisi l’occasion de son discours au Parlement, le 19 juillet dernier, pour lever les doutes sur ses intentions.  Le 23 décembre approche rapidement, a-t-il averti, comptant que le Gouvernement congolais tirera parti de la proposition de soutien de la MONUSCO.  Il est absolument « essentiel » que la CENI fasse dans les temps une demande « détaillée » de l’appui logistique dont elle a besoin.  Nous ne voyons pas comment, a insisté le représentant, la CENI pourrait organiser les élections sans l’aide de la MONUSCO et cette dernière ne peut s’offrir le luxe d’attendre le dernier moment pour enclencher son plan.

La CENI, a poursuivi le représentant, doit tout faire pour veiller à ce que les électeurs puissent voter, grâce à un mécanisme testé, fiable et garantissant le secret du scrutin, à savoir un bulletin papier.  Déployer, pour la première fois pendant des élections critiques, plus de 100 000 machines de vote électroniques, potentiellement inexploitables, non maîtrisées et non testées posent un risque énorme inutile, a estimé le représentant.  Que comptent faire les autorités congolaises si ces machines tombent en panne le jour des élections et compromettent la crédibilité des résultats?  Y a-t-il un plan de secours et si oui, lequel? s’est demandé le représentant.  N’oublions pas, a-t-il ajouté, la violence que nous venons de voir dans l’est du pays.  Saluant la réaction rapide de la MONUSCO à Bijombo, ce mois-ci, il s’est dit profondément préoccupé par les informations sur les abus des droits de l’homme et les dizaines de milliers de personnes qui fuient la violence.  La violence dans l’est et dans d’autres parties du pays ne disparaîtra qu’avec des élections pacifiques, inclusives, crédibles et véritables, et un engagement à faire rendre des comptes aux responsables.  Nous n’oublions pas, a ajouté le représentant, l’assassinat des experts de l’ONU, Michael Sharp et Zaida Catalan, et nous ne cesserons d’exiger que les responsables répondent de leurs actes devant la justice.

La communauté internationale est unanimement préoccupée, comme en témoigne le communiqué conjoint signé la semaine dernière par le Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine et le Conseil de sécurité.  Le représentant a appelé ses collègues du Conseil à militer pour des élections bien planifiées, y compris par les canaux bilatéraux, et envisager des sanctions ciblées contre ceux qui menacent la paix et la sécurité en RDC.  Le peuple congolais a attendu presque deux ans pour avoir la chance de voter et de choisir de nouveaux dirigeants.  Le Président Joseph Kabila s’est engagé, à plusieurs reprises, à respecter la Constitution et à mettre en œuvre l’Accord de la Saint-Sylvestre.  Nous sommes à cinq mois des élections, le temps des postures est passé, a conclu le représentant. 

M. STEPHEN HICKEY (Royaume-Uni) a partagé les préoccupations de la représentante de la société civile et de la Représentante spéciale au sujet des violations des droits de l’homme, en particulier les violences sexuelles à l’encontre des femmes.  S’il s’est ensuite félicité des progrès accomplis dans les préparatifs électoraux, le représentant s’est dit inquiet de l’insuffisance des mesures de renforcement de la confiance.  Il a également pointé le manque d’efforts déployés pour encourager la participation des femmes à la vie politique congolaise.  Il a pressé le Conseil de sécurité de continuer de veiller au respect de l’Accord de la Saint-Sylvestre et au bon déroulement des scrutins.

Pour M. PAWEL RADOMSKI (Pologne), les mois à venir seront essentiels pour stabiliser la RDC.  Il a applaudi les progrès dans les préparations des élections mais s’est dit préoccupé par la méfiance entre les différents acteurs politiques qui risque de saper le processus électoral, sa transparence, son inclusivité et sa sécurité.  La Pologne a voulu que la RDC invite en temps voulu les observateurs électoraux.  Après avoir félicité la RDC pour avoir éradiqué l’épidémie d’Ebola, le représentant s’est ensuite dit préoccupé par les activités déstabilisatrices des groupes armés.  Il a exigé le respect de l’embargo sur les armes et une lutte renforcée contre l’exploitation illégale des ressources naturelles.

 

Mme LISE GREGOIRE VAN HAAREN (Pays-Bas) a noté les progrès dans les préparatifs électoraux mais a regretté le manque de confiance entre les parties prenantes.  Un an et demi après l’Accord de la Saint-Sylvestre, le Conseil de sécurité et les parties prenantes régionales et internationales, a-t-elle rappelé, ne cessent de demander la pleine mise en œuvre des mesures de décrispation.  Il reste énormément de travail à faire, a noté la représentante, citant à titre d’exemple les 700 prisonniers politiques, le harcèlement et les intimidations subis par les membres de la société civile et des partis politiques ou encore la levée toujours partielle des manifestions publiques, sans compter le rétrécissement de l’espace politique.  La RDC ne peut se permettre des élections sans crédibilité.  Sa population aspire à un transfert de pouvoir « crédible ».  Après le report de la visite du Secrétaire général et du Président de la Commission de l’Union africaine, la représentante a espéré très rapidement une nouvelle date car une annulation risque d’éroder la confiance de la communauté internationale et de la population congolaise dans l’engagement du Gouvernement en faveur de l’Accord de la Saint-Sylvestre.

La représentante a également évoqué la situation humanitaire extrêmement inquiétante, rappelant que la communauté internationale avait promis 500 millions de dollars pour l’aide d’urgence, il y a trois mois.  Pour ce qui est de la MONUSCO, qui a pour mandat de protéger les civils et d’appuyer la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre, la représentante a souligné que la Mission nécessite l’engagement politique total du Gouvernement de la RDC, une clarté concernant les attentes et le plein appui du Conseil de sécurité.  La représentante a dit craindre qu’une nouvelle détérioration de la situation sécuritaire présente un autre défi à la mise en œuvre du mandat de la Mission.  L’approche « protection par Projection » nécessitera des efforts continus et énormes, comme le souligne d’ailleurs la lettre du Secrétaire général sur la planification des mesures d’urgence.

 

M. PEDRO LUIS INCHAUSTE JORDÁN (Bolivie) a salué les efforts du Gouvernement de la RDC pour respecter les délais électoraux mais regretté que les mesures de confiance prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre ne soient toujours pas intégralement appliquées, réclamant des avancées sans plus tarder.  Il a lancé un appel à toutes les parties pour qu’elles travaillent dans une atmosphère de collaboration et assurent un scrutin transparent, libre et inclusif.  Il s’est félicité des réunions que la Représentante spéciale a eues sur les préparatifs électoraux.  Il a aussi salué la MONUSCO et le Coordonnateur des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, avant de souligner que le succès des élections ne suffira pas à relever les défis de la RDC.  Il faut, a-t-il prescrit, s’attaquer à l’exploitation illégale et au trafic des ressources naturelles par des groupes armés.  Le contrôle des zones riches est essentiel à un changement structurel, au renforcement de l’état de droit et à la stabilisation de la RDC, a insisté le représentant.

M. ZHANG DIANBIN (Chine) a déclaré que seule une solution politique peut permettre de pacifier la RDC.  À cet égard, le Conseil de sécurité doit continuer de jouer son rôle de médiation et d’accompagnement des efforts auprès des parties congolaises, pour les aider à mettre en œuvre l’Accord de la Saint-Sylvestre.  Il a salué le courage des Casques bleus et estimé que la communauté internationale devrait renforcer ses capacités de maintien de la paix et de la sécurité en RDC.

M. DMITRY A. POLYANSKIY (Fédération de Russie) a remercié la Représentante spéciale du Secrétaire général pour sa contribution à la mise en œuvre de l’Accord de la Saint-Sylvestre en RDC.  La bonne tenue des élections permettra, a-t-il dit, de réduire les tensions.  Il a salué le fait que le Président Joseph Kabila se soit engagé à respecter la Constitution et a pris note des efforts déployés pour par le Gouvernement pour respecter les délais fixés par la Commission électorale.  Il a aussi pris note des mesures prises dont la loi sur la répartition des sièges et l’audit du fichier électoral.  Il a également salué le fait que la moitié des partis politiques ait signé le Code de conduite électoral et appelé à une solution pour dissiper les problèmes sur la machine à voter.  Il a dit comprendre que la machine simplifiera le processus de vote alors que le décompte continuera de se faire manuellement.  Le représentant a insisté sur l’importance des mesures de confiance prévues par l’Accord de la Saint-Sylvestre.  Rappelant l’obligation de respecter la souveraineté et la législation de la RDC, il a appelé l’ONU à ne pas sortir du cadre fixé par la résolution 2409 du Conseil de sécurité.  La MONUSCO, s’est-il expliqué, ne peut en aucun cas prendre des mesures qui pourraient être perçues comme en faveur de l’un des partis politiques congolais.  En soi, les élections ne sont pas la panacée, a conclu le représentant qui a préconisé de s’attaquer avec plus d’acharnement aux causes profondes de la crise en RDC.

M. OLOF SKOOG (Suède) a rappelé le consensus international sur le fait que des élections crédibles et inclusives doivent avoir lieu le 23 décembre en RDC.  En attendant, des mesures de renforcement de la confiance sont importantes afin justement de renforcer la confiance des Congolais vis-à-vis du processus.  Il a souligné que la situation humanitaire en RDC reste préoccupante, et le début d’une épidémie d’Ébola le 8 mai dernier dans la province de l’Équateur apporte un défi de plus aux communautés.  Il a salué les actions du Gouvernement et de la communauté internationale face à la maladie et s’est félicité de l’annonce de la fin de l’épidémie en début de semaine.  Il a encouragé les partenaires internationaux à garder le même engagement en soutenant le plan humanitaire en RDC.  Il a précisé que les besoins ne cessent de croître alors que 21% à peine des 1,68 milliard de dollars nécessaires a été collecté.  Pour 7,7 millions de gens vivant dans l’insécurité alimentaire et pour les 2,2 millions d’enfants mal nourris, chaque dollar compte, a plaidé le délégué. …

TIRE DE https://www.un.org/press/fr/2018/cs13435.doc.htm?utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s