Niki Haley Remarks at UN Security Council:  » The Minister of Justice continues to detain dozens of opposition members and civil society activists, again in violation of the St. Sylvester Agreement « – LES REMARQUES DE NIKI HALEY DEVANT LE CSNU: « Le ministre de la Justice continue de détenir des dizaines de membres de l’opposition et de militants de la société civile, toujours en violation de l’accord de St. Sylvestre »

The Minister of Justice continues to detain dozens of opposition members and civil society activists, again in violation of the St. Sylvester Agreement.There must be a political space for candidates to campaign, (3).png

Remarks at a UN Security Council Briefing on the Situation Concerning the Democratic Republic of the Congo

Ambassador Nikki Haley
U.S. Permanent Representative to the United Nations
U.S. Mission to the United Nations
New York City
August 27, 2018

AS DELIVERED

Thank you to the briefers for updating the Council on elections planning in the Democratic Republic of Congo. In particular, thank you, Madam President, for calling this very important and timely meeting because we are, in fact, running out of time.

Today, the DRC is 118 days away from election day – that’s less than four months for the government to finish organizing free, fair, and credible elections. Fortunately, we have already reached an important milestone. President Kabila did not register as a presidential candidate before the deadline, guaranteeing that he cannot legally stand for reelection or legitimately serve as president past January 2019.

The United States welcomes reports of President Kabila’s intent not to seek a third term. This is an important step towards a peaceful transition of power. History will look favorably on President Kabila’s decision if it culminates in free, fair, and credible elections that translate into a lasting democracy for the Congolese people, a legacy that we hope he earns in the coming months.

While we recognize progress, we cannot deny the red flags and unanswered questions that remain. With less than four months to go, how will CENI transport elections materials to more than 90,000 polling places? Will there be enough voting machines, or will authorities extend voting by days or even weeks? Can the authorities recharge voting machines with only a 12-hour battery life? Have election organizers widely tested the machines? Will voters, many of whom have never used a touchscreen, know how to use them? Are organizers preparing paper ballots as a back up if the electronic voting machines fail?

These questions raise problems, but there are solutions. The Congolese authorities should permit MONUSCO to provide logistics and transportation support. MONUSCO has already available assets that the mission is ready and willing to deploy. The Congolese authorities should also let voters use paper ballots; this is a trusted, tested, transparent, and easy-to-use voting method. The DRC can and should use the same operations that it successfully implemented in 2006 and in 2011, including with support from the United Nations. Paper ballots were good enough to get President Kabila elected, and they should be good enough as a fail-safe to elect his successor.

I had the opportunity to meet with President Kabila last year. If he were here today, I would tell him that it is admirable that the DRC government wants to self-finance and self-support its elections, but is it doable? Is it realistic? Is it even necessary?

It does not insult the DRC’s sovereignty for CENI to accept logistical support from MONUSCO. Instead, the DRC is wasting precious resources to buy capabilities that are already available to them. Meanwhile, my government and others are devoting tens of millions of dollars in life-saving humanitarian assistance for their country. It is troubling that President Kabila and the CENI refuse the assistance. We respect the DRC as a sovereign Member State of the United Nations. But it can’t help but raise suspicion when the Congolese government refuses the assistance that would help make free, fair, and credible elections a reality, but continue to take the humanitarian assistance that so many of us continue to give them.

Other red flags add to our suspicion. We are deeply concerned about the CENI’s decision on August 24 to disqualify some opposition presidential candidates for what appear to be political reasons. This is not how an electoral process, or any independent electoral commission, should function.

We also praise those candidates who feel they have been unjustly disqualified for using the appeals process that was open to them. By abiding by the rules of the domestic process, opposition and civil society organizations further reinforce just how much independence DRC’s National Independent Electoral Commission has lost during Mr. Nangaa’s ‎tenure.

The National Assembly President also continues to deny the wish of an opposition party to replace its CENI candidate in violation of the December 2016 St. Sylvester Agreement.

The Minister of Justice continues to detain dozens of opposition members and civil society activists, again in violation of the St. Sylvester Agreement.

There must be a political space for candidates to campaign, citizens to assemble, and oppositiointimidation, harassment, or silencing of the opposition. Political parties must be able to compete on a level playing field. We will never know the will of the Congolese people without an environment conducive to elections.

We have 118 days. These problems are fixable. Tn members to speak freely, without fear. There can be no violence, here is still enough time. The suspicions we have may come up to nothing. Ultimately, though, the Congolese government must choose. The hopes for self-determination of more than 80 million Congolese citizens are riding on the decisions that President Kabila and the CENI will make in days and weeks ahead.

Now is the time for choosing. We ask them to choose support from MONUSCO. Choose free, fair, and credible elections on December 23. Choose a peaceful transition of power in January 2019. And, by doing so, choose a better future for generations of Congolese to come.

Thank you.

 

 

****************

The Minister of Justice continues to detain dozens of opposition members and civil society activists, again in violation of the St. Sylvester Agreement.There must be a political space for candidates to campaign, (4).png

TRADUCTION

L’ambassadeur Nikki Haley

Représentant permanent des États-Unis auprès des Nations Unies

Mission des États-Unis auprès des Nations Unies

La ville de New York

27 août 2018

 

Merci aux briefers d’avoir mis à jour le Conseil sur la planification des élections en République démocratique du Congo. En particulier, Madame la Présidente, je vous remercie d’avoir convoqué cette réunion très importante et opportune car nous manquons de temps.

Aujourd’hui, la RDC est à 118 jours du jour des élections – cela fait moins de quatre mois que le gouvernement a fini d’organiser des élections libres, justes et crédibles. Heureusement, nous avons déjà franchi une étape importante. Le président Kabila ne s’est pas inscrit en tant que candidat à la présidentielle avant la date limite, garantissant qu’il ne peut légalement se présenter à la réélection ou servir légitimement comme président après janvier 2019.

Les États-Unis se félicitent des informations faisant état de l’intention du Président Kabila de ne pas demander un troisième mandat. C’est un pas important vers une transition pacifique du pouvoir. L’histoire sera favorable à la décision du Président Kabila si elle aboutit à des élections libres, équitables et crédibles qui se traduiront par une démocratie durable pour le peuple congolais, un héritage que nous espérons mériter dans les mois à venir.

Bien que nous reconnaissions les progrès, nous ne pouvons pas nier les drapeaux rouges et les questions restées sans réponse. À moins de quatre mois du projet, comment la CENI transportera-t-elle le matériel électoral dans plus de 90 000 bureaux de vote? Y aura-t-il suffisamment de machines à voter ou les autorités vont-elles prolonger le vote de plusieurs jours, voire plusieurs semaines? Les autorités peuvent-elles recharger des machines à voter avec seulement une autonomie de 12 heures? Les organisateurs des élections ont-ils largement testé les machines? Les électeurs, dont beaucoup n’ont jamais utilisé un écran tactile, sauront-ils comment les utiliser? Les organisateurs préparent-ils des bulletins de vote en papier en guise de sauvegarde si les machines à voter électroniques échouent?

Ces questions posent des problèmes, mais il existe des solutions. Les autorités congolaises devraient permettre à la MONUSCO de fournir un soutien logistique et de transport. La MONUSCO dispose déjà d’actifs que la mission est prête à déployer. Les autorités congolaises devraient également laisser les électeurs utiliser des bulletins de vote en papier; Il s’agit d’une méthode de vote fiable, testée, transparente et facile à utiliser. La RDC peut et doit utiliser les mêmes opérations qu’elle a mises en œuvre avec succès en 2006 et en 2011, notamment avec le soutien des Nations Unies. Les bulletins de vote en papier ont été assez bons pour que le président Kabila soit élu, et ils devraient être suffisamment prudents pour élire son successeur.

J’ai eu l’occasion de rencontrer le président Kabila l’année dernière. S’il était ici aujourd’hui, je lui dirais qu’il est admirable que le gouvernement de la RDC veuille s’autofinancer et subvenir à ses besoins, mais est-ce faisable? Est-ce réaliste? Est-ce même nécessaire?

Cela n’insulte pas la souveraineté de la RDC pour que la CENI accepte le soutien logistique de la MONUSCO. Au lieu de cela, la RDC gaspille des ressources précieuses pour acheter des capacités déjà disponibles. Pendant ce temps, mon gouvernement et d’autres organismes consacrent des dizaines de millions de dollars à une aide humanitaire vitale pour leur pays. Il est troublant que le président Kabila et la CENI refusent cette assistance. Nous respectons la RDC en tant qu’État membre souverain des Nations Unies. Mais cela ne peut que susciter la suspicion lorsque le gouvernement congolais refuse l’assistance qui permettrait de faire des élections libres, équitables et crédibles, mais continue d’apporter l’aide humanitaire que beaucoup d’entre nous continuent de leur donner.

D’autres drapeaux rouges ajoutent à nos soupçons. Nous sommes profondément préoccupés par la décision prise le 24 août par la CENI de disqualifier certains candidats à l’élection présidentielle pour des raisons apparemment politiques. Ce n’est pas ainsi qu’un processus électoral ou une commission électorale indépendante devrait fonctionner.

Nous félicitons également les candidats qui estiment avoir été injustement exclus pour avoir utilisé la procédure d’appel qui leur était ouverte. En respectant les règles du processus national, les organisations de l’opposition et de la société civile renforcent le degré d’indépendance perdu par la Commission électorale nationale indépendante de la RDC pendant le mandat de M. Nangaa.

Le président de l’Assemblée nationale continue également de nier le souhait d’un parti d’opposition de remplacer son candidat à la CENI en violation de l’accord de décembre 2016 conclu à St. Sylvester.

Le ministre de la Justice continue de détenir des dizaines de membres de l’opposition et de militants de la société civile, toujours en violation de l’accord de St. Sylvestre

Il doit y avoir un espace politique permettant aux candidats de faire campagne, aux citoyens de se rassembler et aux membres de l’opposition de parler librement, sans crainte. Il ne peut y avoir de violence, d’intimidation, de harcèlement ou de silence de l’opposition.

 

Les partis politiques doivent pouvoir être compétitifs sur un pied d’égalité. Nous ne connaîtrons jamais la volonté du peuple congolais sans un environnement propice aux élections.

Nous avons 118 jours. Ces problèmes sont réparables. Il reste assez de temps. Les soupçons que nous avons peuvent ne rien avoir. Finalement, le gouvernement congolais doit choisir. Les espoirs d’autodétermination de plus de 80 millions de citoyens congolais reposent sur les décisions que le président Kabila et la CENI prendront dans les jours et les semaines à venir.

C’est le moment de choisir. Nous leur demandons de choisir le soutien de la MONUSCO. Choisissez des élections libres, équitables et crédibles le 23 décembre. Choisissez une transition pacifique au pouvoir en janvier 2019. Et, ce faisant, choisissez un avenir meilleur pour des générations de congolais à venir.

Je vous remercie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s