LA COMMUNAUTÉ NATIONALE ET INTERNATIONALE SONT UNANIMES: PAS DE PROCESSUS ÉLECTORAL CRÉDIBLE SANS LA LIBÉRATION DES PRISONNIERS POLITIQUES – LA LISTE DE TOUTES LES DÉCLARATIONS DIPLOMATIQUES DES PARTENAIRES DE LA RDC

Le Comité des Familles des Prisonniers Politiques de la RDC, CFPP-RDC en sigle, a constaté, avec intérêt et espoir,  que toutes les prises de position diplomatiques adoptées à la suite de la publication du calendrier électorale par la Commission Électorale Nationale Indépendante, CENI en sigle,  font état de la nécessité d’application des mesures de confiance et de décrispation  politique sanctionnées par l’Accord politique de la Saint Sylvestre, dans son chapitre 5.

Dans cette optique, le CFPP-RDC exige la libération immédiate aussi bien des prisonniers politiques cités dans l’Accord Politique du 31/12/2016, le retour des exilés cités dans l’Accord  (Eugène Diomi Ndongala, J.C. Muyambo et Moise Katumbi, etc) mais aussi la libération des autres prisonniers politiques, particulièrement ceux ayant bénéficié des mesures d’amnistie depuis 2014, comme Firmin Yangambi, Eric Kikunda et tant d’autres (voir la liste complète ici: https://cfpp-rdc.com/a-propos/ ).

Le CFPP a pris soin de rassembler différentes prises de position diplomatiques, en vue de la normalisation de la grave crise politique, institutionnelle et économique qui frappe  la RDC.

Tous sont unanimes: il est impossible d’avoir un processus crédible et inclusif sans le respect des mesures de confiance et de décrispation politique contenues dans l’Accord du 31/12/2016.

Le Comité des Familles des Prisonniers Politiques de la RDC exhorte les différents partenaires du Congo-Kinshasa à suivre attentivement  à ce que ce préalable incontournable de la libération des prisonniers politiques de la RDC soit effectivement et totalement appliqué,  demandant au gouvernement de la R.D.Congo de respecter cet engagement politique et diplomatique dans le meilleur délai, car rien ne justifie le maintien en détention des prisonniers politiques de la RDC, surtout dans un contexte pré-électoral.

VOICI LES PRISES DE POSITION OFFICIELLES DES PRINCIPAUX ACTEURS DIPLOMATIQUES ET PARTENAIRES DE LA R.D.CONGO:

Résultat de recherche d'images pour "france" POSITION OFFICIELLE DE LA FRANCE (07/11/2017) : 

« La France exige l’application intégrale de l’accord du 31 décembre 2016, notamment en ce qui concerne la tenue des élections en République démocratique du Congo.

«La France rappelle l’importance que le processus électoral soit conduit dans le respect de l’esprit de consensus qui avait prévalu lors de la signature de l’accord politique du 31 décembre 2016 », déclare le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères en réaction à la publication du calendrier électoral fixant les élections en décembre 2018.

La France condamne par ailleurs les violences qui jalonnent la période de crise en RDC. Elle appelle à la mise en œuvre des mesures de décrispation politique, garanties par l’accord de la Saint-Sylvestre, qui appelle entre autres à la libération des détenus politiques. »

source: https://actualite.cd/2017/11/07/calendrier-electoral-france-insiste-respect-de-laccord-31-decembre/


Résultat de recherche d'images pour "belgique" POSITION DE LA BELGIQUE (09/11/2017): 

RDC: ELECTIONS : LA BELGIQUE DEMANDE UN CONSENSUS

9 novembre 2017 AG. Belga
La diplomatie belge demande « le consensus le plus large possible » après la publication, dimanche à Kinshasa, du calendrier électoral. Les Affaires étrangères souhaitent que tant les différents mouvements politiques que la société civile soient inclus dans son élaboration.
La République démocratique du Congo est actuellement en proie à une profonde crise politique après les multiples reports du scrutin général (présidentiel, législatif et provincial) qui devait initialement avoir lieu fin 2016. Dimanche, la Commission électorale nationale indépendante (Céni) a annoncé que les élections auront lieu le 23 décembre 2018, ce qui a suscité un tollé au sein des partis d’opposition et des différents mouvements politiques.
Exécuter le calendrier
Les Affaires étrangères belges, qui ont pris note de l’annonce de la Céni, estiment que c’est maintenant aux autorités congolaises de « prendre toutes les mesures nécessaires afin d’exécuter le calendrier et de parvenir à un processus fiable et consensuel ».
Mardi soir, le Rassemblement d’opposition, mené par Felix Tshisekedi, le MLC de Jean-Pierre Bemba, actuellement détenu à La Haye, et l’UNC dirigé par Vital Kamerhe, ont diffusé un communiqué de presse commun dans lequel ils qualifient le calendrier électoral proposé de violation de la Constitution. Ils ajoutent que l’agenda de la commission contrevient également à l’accord de la Saint-Sylvestre, qui stipulait que les élections devraient se tenir au plus tard fin 2017, bien que Joseph Kabila aurait dû abandonner la magistrature suprême dès la fin 2016 selon la Constitution. L’opposition appelle ainsi la population à se mobiliser.

La diplomatie belge demande que l’espace politique congolais s’ouvre grâce à l’application des mesures convenues dans l’accord du 31 décembre 2016.

« Nous suivrons attentivement la situation », a indiqué le ministère. Il ajoute qu’une nouvelle appréciation du calendrier interviendra « sur base d’une évaluation technique ».


Résultat de recherche d'images pour "union européenne" POSITION DE L’UNION EUROPEENNE (09/11/2017)

DECLARATION DU PORTE-PAROLE SUR LA PUBLICATION DU CALENDRIER ELECTORAL EN RDC

Bruxelles, 09/11/2017

Déclaration du porte-parole sur la publication du calendrier électoral en République Démocratique du Congo
L’annonce du calendrier électoral ouvre le cycle des élections en République Démocratique du Congo qui doit mener à une transition démocratique.

Les autorités et institutions en charge de leur organisation sont désormais responsables de la mise en œuvre effective de ce calendrier, à travers un processus légitime et consensuel impliquant tous les acteurs politiques et civils.

Le dialogue et le rejet de tout recours à la violence doivent prévaloir.

Pour réunir les conditions d’élections crédibles et inclusives, il est primordial de mettre en œuvre les mesures de décrispation politique nécessaires, dans le respect de la Constitution et de l’accord du 31 décembre 2016.

Dans ce cadre, l’Union européenne travaillera avec les acteurs congolais et ses partenaires, en particulier les Nations Unies, l’Union Africaine, la Communauté de développement de l’Afrique australe et l’Organisation Internationale de la Francophonie, pour contribuer à atteindre cet objectif.

L’Union européenne fait partie de l’équipe conjointe d’experts, qui, conformément au communiqué de la réunion tenue en marge de l’Assemblée Générale des Nations Unies le 19 septembre 2017, aura pour mandat d’accompagner la mise en œuvre du processus électoral.


Résultat de recherche d'images pour "usa" POSITION DES ETATS UNIS D’AMERIQUE (06/11/17)

United States Welcomes Announcement of Electoral Calendar in the Democratic Republic of Congo

Press Statement – Heather Nauert

Department Spokesperson

Washington, DC

November 6, 2017


The United States welcomes the announcement by the National Independent Electoral Commission (CENI) in the Democratic Republic of Congo (DRC) that long overdue elections will take place. With the announcement of the December 2018 date, the DRC has taken a significant step toward realizing its first peaceful, democratic transfer of power. It is now incumbent on the CENI, the government, opposition party leaders, civil society organizations, and the people of the DRC to work together to ensure that the electoral deadlines published by the CENI are respected, and that all actions and statements remain within the framework of the DRC constitution and the December 2016 St. Sylvestre Agreement.

The United States notes the importance of President Kabila abiding by the DRC’s constitution, reaffirmed in the St. Sylvestre accord, that he will not seek a third term and will step down following elections.

The United States also notes the urgent need for the DRC government to implement the confidence building measures included in the December Agreement. This includes an end to politically motivated prosecutions, the release of political prisoners, and respect for the right of peaceful assembly and association, so that opposition parties and civil society organizations may hold peaceful public meetings without government interference or intimidation.

The United States is committed to working with the people and institutions of the DRC, the African Union, regional and international partners, and the United Nations Organization Stabilization Mission in the Democratic Republic of the Congo (MONUSCO) to ensure that the estimated 45 million Congolese voters are able to cast their ballots on time and as scheduled in December 2018.

https://www.state.gov/r/pa/prs/ps/2017/11/275353.htm


ua et unPOSITION CONJOINTE DE L’UNION AFRICAINE ET DES NATIONS UNIES (09/11/2017)

THE AFRICAN UNION AND THE UNITED NATIONS WELCOME THE PUBLICATION OF THE
ELECTORAL CALENDAR IN THE DRC AND URGE FOR CONSENSUS ON THE ELECTORAL PROCESS
Addis Ababa, 9th November, 2017: The African Union Commissioner for Peace and Security Smail Chergui, the United Nations Secretary-General’s Special Envoy for the Great Lakes Region, Said Djinnit, and the Secretary-General’s Special Representative for the Democratic Republic of the Congo (DRC) and Head of MONUSCO, Maman Sidikou, met on 9 November in Addis Ababa, Ethiopia, to review the political and
security situation in Burundi, the Central African Republic, South Sudan and the DRC. The meeting took place following the Eighth High-Level meeting of the Regional Oversight Mechanism of the Peace, Security and Cooperation Framework for the Democratic Republic of Congo and the region held on 19 October, on
Brazzaville, Republic of Congo and in the context of the United Nations – African Union Framework Agreement for Enhanced Partnership in Peace and Security signed by the Secretary General and Chairperson of the Commission on 19 April 2017.
With respect to the DRC in particular, the representatives of the two Organisations:
 Welcomed the publication of the electoral calendar on 5 November for the holding of combined presidential, legislative and provincial elections on 23 December 2018;
 Urged all stakeholders to forge a consensus on the electoral process in order to ensure the holding of timely, peaceful and credible elections in line with the 31 December 2016 agreement and in
this regard:
i. urged the Congolese Authorities and all the relevant institutions to take all the necessary measures, including the adoption of the required electoral legislation, to ensure the provision of the financial and logistical resources, as well as security throughout the country;

ii. stressed the urgency to fully implement the confidence-building measures, as stipulated in the 31 December 2016 Agreement;

 Reaffirmed the determination of the UN and the AU to continue to support the ongoing process especially through the provision of logistical and other support by MONUSCO as mandated by the UN Security Council as well as enhanced engagement with the countries of the region and other African countries; and
 Called on the international community to provide adequate support to the electoral process in the DRC.
The representatives of the AU and the UN agreed to engage the ICGLR and the SADC with a view to convening a consultative meeting of the Guarantors of the Peace, Security and Cooperation Framework of the DRC and the region as soon as possible.


Image associée POSITION DU CANADA (08/11/17)

Le Canada prend acte de la publication du calendrier électoral et appelle au respect des libertés démocratiques en République démocratique du Congo 

Déclarations

Le 8 novembre- Ottawa, Ontario – Affaires mondiales Canada

Affaires mondiales Canada a fait aujourd’hui la déclaration suivante sur la publication du calendrier électoral en République démocratique du Congo (RDC) :

« Le Canada prend acte de la publication du calendrier électoral en République démocratique du Congo, annonçant la tenue d’élections générales en décembre 2018.

« Le Canada encourage la RDC dans son cheminement vers la tenue d’élections libres, justes, transparentes et inclusives, qui permettront l’alternance démocratique attendue par le peuple congolais, suivant l’esprit de la Constitution et de l’Accord de la Saint-Sylvestre qui ne permettent pas au président Joseph Kabila de se représenter aux élections pour un troisième mandat. Nous soulignons aussi l’importance cruciale de consacrer tous les efforts nécessaires à organiser les élections et à assurer le respect complet des droits de la personne à toutes les étapes du processus électoral. ‎

« Le Canada appelle tous les acteurs politiques de la RDC à travailler de concert à la réussite de ce processus. Il demande aussi aux autorités de s’assurer que les droits de la personne soient pleinement respectés, notamment ceux touchant à la liberté d’expression, de la presse, de réunion pacifique et d’association, ce qui implique notamment de libérer les prisonniers politiques et la nécessité de mettre un terme aux poursuites judiciaires motivées par des raisons politiques.

« Le Canada encourage aussi le gouvernement de la RDC à prendre toutes les mesures possibles pour assurer la pleine participation des femmes à la vie politique congolaise.

« En tant que membre du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, les autorités du pays doivent d’autant plus démontrer l’importance qu’elles accordent aux droits de la personne et à l’ouverture de l’espace démocratique. »

https://www.canada.ca/fr/affaires-mondiales/nouvelles/2017/11/le_canada_prend_actedelapublicationducalendrierelectoraletappell.html


Vu ce qui précède, les familles des prisonniers politiques de la RDC réitèrent leur demande pressante de libération immédiate  des prisonniers politiques de la République Démocratique du Congo, comme unanimement exigé aussi bien par la communauté nationale qu’ internationale, le seul gage de la réelle volonté politique  des autorités de la RDC de  vouloir lancer un processus électoral crédible, inclusif et démocratique.

Pour le CFPP-RDC, 

FAMILLE DIOMI,
FAMILLE MUYAMBO
FAMILLE KIKUNDA,
FAMILLE YANGAMBI,
FAMILLE SAMBA,
FAMILLE KAZAMBA,
FAMILLE KULE
FAMILLE GEREMBAYA,
FAMILLE RAMAZANI,
FAMILLE GUNDE,
FAMILLE BGEBAZA,
FAMILLE AHOMBIAWE,
FAMILLE BUGA LONDE,
FAMILLE BOMBOKO,
FAMILLE GINALI,
FAMILLE KAWAYA,
FAMILLE KOPANI,
FAMILLE MATUNGU,
FAMILLE KELEGA,
FAMILLE IKONZONI,
FAMILLE BAYADA,
FAMILLE AGBIA,
FAMILLE EWATA,
FAMILLE POPIKE BATA,
FAMILLE BAPELA,
FAMILLE BITUMBA,
FAMILLE MAKAMBO,
FAMILLE MVUMBI,
FAMILLE CHALWE,
FAMILLE KABAMBA KALONGO,
FAMILLE NDOL TSHAMUNDJ,
FAMILLE MWASHILA,
FAMILLE NTAMBWE,
FAMILLE DELLA,
FAMILLE KIBINGA MUTEBA,
FAMILLE LUYEYE
FAMILLE MUTETU

 

Publicités